Composition du groupe |

Participants aux travaux du Grihl

Mathilde BERNARD

Coordonnées professionnelles

mbernard4[arobase] yahoo [point] fr

 

- Depuis septembre 2017, maître de conférences à l’université de Paris Nanterre

- 2014-2017 : professeur agrégée de lettres modernes, titulaire au lycée Voillaume d’Aulnay-sous-Bois

- 2012-2014 : Post-doctorante, ANR « Les pouvoirs de l’art »
- 2010-2014  : Professeur agrégée de lettres modernes, enseignant dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis (lycée Fernand Léger à Ivry-sur-Seine, lycée Saint-Exupéry à Créteil, collège Corot au Raincy, collège Fabien à Montreuil).
- 2009-2010 : post-doctorante à l’université de Tel Aviv, sous la direction de Mme le professeur Nadine Kuperty-Tsur.

- 2008-2009 : A.T.E.R. à l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle.

- Janvier – juin 2008 : Séjour à la Maison française d’Oxford

- 2005 – 2008 : Allocataire-monitrice à l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle.Doctorat de littérature et civilisation françaises sous la direction de Mme le professeur Marie-Madeleine Fragonard : Écrire la peur au temps des guerres civiles : une étude des historiens et mémorialistes contemporains des guerres de Religion en France (1562-1598)
- 2004-2005 : D.E.A. de lettres modernes sous la direction de madame le professeur Marie-Madeleine Fragonard : Peurs et conversions pendant les guerres de Religion en France, à travers les Mémoires de l’Estat de France de Simon Goulart (1576-1577), l’Histoire des martyrs de Jean Crespin et Simon Goulart (édition 1597), et la mission de François de Sales en Chablais (1594-1598)

2004 : Obtention de l’agrégation de lettres modernes.

2002 – 2003 : Maîtrise de Lettres modernes sous la direction de madame le professeur Marie-Madeleine Fragonard : Discours et scénographie du jugement dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné et Châtiments de Victor Hugo.

 

Liste des publications et communications

1) Monographie

Écrire la peur à l’époque des guerres de Religion. Une étude des historiens et mémorialistes contemporains des guerres civiles en France, Paris, Hermann, 2010, 396 p.Version éditoriale de la thèse de doctorat.https://crm.revues.org/12330

2) Directions d’ouvrages

1. Mathilde Bernard et Lorraine Dumenil, Les Genres littéraires, les genres cinématographiques et leurs émotions, Fabula, http://www.fabula.org/colloques/sommaire4087.php

2. Mathilde Bernard, Alexandre Gefen, Carole Talon-Hugon(dir.),Arts et émotions, Paris, Armand Colin, 2016, http://www.armand-colin.com/arts-et-emotions-9782200294823

3. Mathilde Bernard et Nadine Kuperty-Tsur, Expressions de la dissidence à la Renaissance, Les Dossiers du Grihl, mis en ligne le 07 mars 2013. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5549

4. La Polygraphie à l’époque moderne,actes de la journée d’étude du 13 juin 2009, édités par Mathilde Bernard, Stéphanie Burette, Carole Chapin, Nicolas Cremona, Suzanne Dumouchel, Matthieu Dupas, Clément Duyck, Catherine Gobert, Dorothée Lintner et Élise Rajchenbach-Teller,dans Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. XXXVIII, n°74, Tübingen, 2011, p. 7-170

5. Mathilde Bernard et Mathilde Levesque (dir.), La Censure en France sous l’Ancien Régime,actes de la journée d’étude du 19 janvier 2008, organisée par Mathilde Bernard et Mathilde Levesque, dansPapers on the French Seventeenth Century Literature, vol. XXXVI, n°71, Tübingen, 2009, p. 325-503

3) Chapitres d’ouvrages et articles de dictionnaires et de banques de données

1. Dictionnaire du xvie siècle en collaboration avec Nancy Oddo, dans l’édition Les Cinq Livres des faits et dits de Gargantua et Pantagruel (direction MM Fragonard), Paris, Gallimard, collection Quarto, 2017. Une cinquantaine d’articles.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Quarto/Les-Cinq-Livres-des-faits-et-dits-de-Gargantua-et-Pantagruel

2.Articles « Baudelaire », « Corps », « Espoir », « Fantastique », « Horreur », « Mélancolie », « Peur » dans Arts et émotions, Paris, Armand Colin, 2016 http://www.armand-colin.com/arts-et-emotions-9782200294823

3.Fiches sur l’affaire Castellion, la querelle de l’orthographe, la querelle Marot-Sagon, la dispute de Lausanne, la querelle des amies, la querelle entre Calvin et les évangéliques, l’affaire De Thou, la controverse de Valladolid, la controverse d’Origène, la controverse du libre-arbitre dans le cadre du projet ANR Agon : http://www.agon.paris-sorbonne.fr/fr/banque-de-donnees, 2013-1015

4.Extraits de l’Histoire des martyrs de Jean Crespin et Simon Goulart et des Mémoires de l’Estat de France de Simon Goulart, dans Christian Biet et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Tragédies et récits de martyrs en France (fin XVIe-début XVIIe siècle), Paris, Garnier, 2009,p. 795-933 et p. 957-990 https://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=54&category_id=15&option=com_virtuemart&Itemid=1&vmcchk=1&Itemid=1

À paraître

5. « La sainte pauvreté au XVIe siècle », dans Histoire littéraire de la sainte pauvreté, sous la direction d’Élisabeth Pinto-Mathieu. Chapitre relu et accepté. À paraître en 2018.

6. Le Martyre de frere Iacques Clement, les Memoires du feu Roy de la Grand’Bretagne Charles premier et le Récit véritable de tout ce qui s’est fait au procès du roi de la Grande Bretagnedans Christian Biet et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Crimes politiques sous l’Ancien Régime (titre provisoire), à paraître chez Garnier.

4) Articles dans des revues à comité de lecture

1. « Le porc et le vipéreau : gavage et éventrement dans la querelle entre Ronsard et les protestants (1562-1563) », dans Christian Zonza (dir.), Vérités de l’histoire et vérité du moi, Hommage à Jean Garapon, Paris, Champion, 2016.

[Dans cet article, j’ai poursuivi mes réflexions sur l’allégorisation des passions. Dans les années 1562-1564, Ronsard s'engage dans une polémique avec les poètes protestants : le ventre de l'ennemi, ce qu'il cache d'humeurs délétères, de poison, de bêtes venimeuses ou de vents diaboliques est au centre de tout un imaginaire très concret du mal, qui préfigure la focalisation qui se fera par la suite, en plein cœur des guerres de Religion, sur la matrice maternelle. C'est cette matérialisation de la peur, au croisement du physiologique et de l'allégorique, que j'ai étudiée à travers les Discours et les pamphlets échangés entre le prince des poètes et ses adversaires au cours des troubles.]

2. « Jean Crespin »,dans Bruno Méniel (dir.) ; Écrivains juristes et juristes écrivains du Moyen Âge au siècle des Lumières, Paris, Garnier, 2016

[Dans cet article, j’ai exploré la façon dont l’Histoire des martyrs de cet auteur et éditeur protestant capital de la période des guerres de Religion qu’est Jean Crespin porte fortement la marque de sa connaissance du monde juridique et l’empreinte de ses activités pastorales zélées.]

3. « Ego Aubigné. L’ailleurs commun des Tragiques et de Châtiments », dans Albineana 27, Échos, réécritures, la vie posthume des œuvres d’Agrippa d’Aubigné, études réunies et présentées par Julien Goeury, Niort, Cahiers d’Aubigné, 2015, p. 63-75

[Dans cet article, j’ai considéré l’héritage d’Agrippa d’Aubigné dans la poésie de Victor Hugo, et tout particulièrement de Châtiments. Hugo trouve en Aubigné un modèle d’engagement et les deux hommes se retrouvent dans une même poétique de l’exil. ]

4. « Agrippa d’Aubigné face à la déloyauté. Le dernier chapitre du livre IV de l’Histoire universelle », dans Amis et ennemis d’Agrippa d’Aubigné,Albineana 25, Niort,Cahiers d’Aubigné, 2013, p. 125-141 http://www.persee.fr/doc/albin_1154-5852_2013_num_25_1_1499

[Pour les anciens coreligionnaires d’un converti, la conversion de ce dernier est assimilable à une trahison, et c’est en des termes similaires qu’Agrippa d’Aubigné s’attaque dans l’Histoire universelle  aux chefs militaires ayant abandonné le combat du côté protestant et aux apostats. Sa déception est profonde devant l’attitude de ceux qu’il considérait autrefois comme ses amis et ses alliés. Au terme de sa vie, le farouche protestant devient franchement mélancolique.]

5. « Par qui le scandale arrive-t-il ? La querelle entre Calvin et les évangéliques », Le Temps des querelles, dansLittératures classiques n°81, sous la direction d’Alain Viala et Jeanne-Marie Hostiou, publié avec le concours de l’université de Toulouse-Le Mirail et du Centre National des Lettres, Paris, Armand Colin, 2013, p. 25-35 https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2013-2-page-23.htm

[Le refus de certains évangéliques de se déclarer ouvertement protestants s'apparente pour Calvin à un cinglant blasphème et, selon son propre terme, à un véritable « scandale ». Les humanistes évangéliques qui étaient explicitement visés tournaient de leur côté en ridicule la vaine fureur de l'histrion genevois et de ses comparses (Viret, Farel), fustigeant ceux qui par leurs attaques provoquaient cette fois un scandale public et menaçaient la fragile paix de religion. Ces pacifistes revendiquaient au contraire la posture de sages en retrait qu'ils adoptaient. C’est le principe d'une querelle qui  ne porte pas son nom, parce qu'elle tourne justement autour de la valeur de la posture polémique et de la notion de scandale, qui m’a intéressée. Ces attitudes rhétoriques opposées font naître un questionnement fondamental pour l'époque : faut-il se quereller pour des questions de foi?]

6. Mathilde Bernard et Nadine Kuperty-Tsur, « Cerner la dissidence : conceptualisation d'une notion sans nom », in M. Bernard et N. Kuperty-Tsur (dir.), Les Dossiers du Grihl « Expressions de la dissidence à la Renaissance »[En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5550 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5550

[Il s’agissait d’offrir des points de vue littéraires sur une question généralement abordée par les historiens, afin de montrer à quel point l’écrit était un élément fondamental de résistance et de protestation, et d’étudier la forme des textes, le moule dans lequel se construisait une pensée dissidente.]

7. « « Sa main contre tous, la main de tous contre lui » : la dissidence de Pierre Caroli à travers la Défense de Guillaume Farel (1545) », dansMathilde Bernard et Nadine Kuperty-Tsur (dir.), Les Dossiers du Grihl, « Expressions de la dissidence à la Renaissance »[En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5607 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5607

[À travers cet ouvrage écrit par Calvin et attribué par ce dernier à Nicolas des Gallards, j’ai étudié la façon dont Genève luttait par la polémique contre la dissidence de Pierre Caroli, cet apostat et relaps, ennemi de l’intérieur. La verve de Calvin anéantit le personnage en détruisant son aura et en présentant son abjuration comme la conséquence d’un ostracisme et non comme un acte volontaire. Ce thème de la lutte contre la dissidence recoupe ici celui de l’impossible affirmation d’une identité religieuse particulière, hors des sentiers balisés par les Églises.]

8. « ‘Carnage affreux et cruauté exécrable’ : poétique du récit de massacre à la Renaissance »,dans Pascale Drouet et Nathalie Rivière de Carles (dir.),La Rhétorique de la violence à la Renaissance, Les Cahiers de la licorne,volume 5, 2011. Voir l’adresse suivante : http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=485

[Dans cet article, j’ai mis en question le sens de la permanence des motifs stylistiques (réticences, prétéritions, rhétorique de l’excès), de la récurrence des images (celle des femmes violées et éventrées par exemple) et de la répétition des tournures lexicales pour narrer le massacre à travers des textes de la Renaissance d’origines politico-religieuses très diverses. L’horreur portée à son comble ne pouvait plus se dire que dans le détour par un universel, fondateur d’un genre.]

9. « Le refus de parler chrétien à travers La Farce de maître Pathelin, Pantagruel et le Cymbalum mundi », article issu d’une communication au séminaire « Les limites de l’acceptable » de Jean-Pierre Cavaillé (janvier 2012), LesDossiers du GRIHL. Voir l’adresse suivante : http://dossiersgrihl.revues.org/5017

[Dans cet article j’ai abordé un thème qui apparaît dans la farce dont Rabelais s’est inspiré à plusieurs reprises et qui est décliné par ce dernier et par Des Périers. La Farce de maître Pathelin, Pantagruel et le Cymbalum mundi présentent tous trois un personnage qui a la particularité de communiquer pour ne pas se faire comprendre alors qu’il a la possibilité de parler en toute intelligence avec ses interlocuteurs. Pathelin et Panurge s’expriment en langues et les chiens du Cymbalum mundi aboient alors qu’ils savent communiquer dans un langage humain. J’ai alors exploré les modalités et les motivations de ce refus de « parler chrétien », et la façon dont elles étaient investies d’un sens nouveau à la Renaissance. La valeur du langage, gloire de l’humain, fondement de la société, est remise en question : face à l’emballement passionnel de ce monde, mieux vaut sans doute se murer dans le silence ou n’offrir le trésor de la parole qu’à des êtres dignes de le recevoir, des humanistes.]

10. « Vox populi vox Dei est : la campagne de diffamation ligueuse du début de l’année 1589 », dans Albineana n°23, Calomnie, rumeur, désinformation : l’histoire du Père Henri, jésuite et sodomite, Paris, Champion, 2011, p. 245-266

[Dans cet article, j’ai étudié, essentiellement à partir des textes livrés par l’Estoile,l’entreprise ligueuse de calomnie après l’assassinat des Guise. Elle apparaît comme une œuvre d’équipe, mêlant les genres et les registres, les textes violents, orduriers, scabreux, eschatologiques et les gravures dévalorisantes ou démoniaques.]

11. À paraître : « La conversion de Pierre-Victor Palma Cayet ou le règne du scandale », pour des Mélanges en l’honneur de M. Gilbert Schrenck, sous la direction de Jean-Claude Ternaux et Cécile Huchard, Paris, Garnier.

[Dans cet article, je me suis concentrée sur la campagne orchestrée par les protestants autour de la conversion de l’ancien ministre. Cayet et ses adversaires, dans une joute polémique, se renvoient l’accusation d’être fauteurs de scandale, cause du péché des hommes.]

5) Communications publiées

1. « Du régicide au martyre : la vision ligueuse de l’assassinat de Henri III à travers Le Martyre de frere Jacques Clement », actesdu colloque international « Régicides en Europe du xve au xixe siècle » organisé par la Société Henri IV, l’université de Pau et des pays de l’Adour, l’université Bordeaux 3 et le musée national du château de Pau en 2010. Publication de la société Henri IV, 2017. http://www.droz.org/france/fr/6450-9782600047289.html

[Dans cet article, j’ai exploré la façon dont la rhétorique ligueuse transformait le régicide en martyr. Le libelle de Charles Pinselet se révèle alors faussement moral et franchement polémique, faussement tragique et véritablement pathétique, faussement apologétique et véritablement diffamatoire. Il vise à dégrader l’image du monarque plus qu’à construire une représentation glorieuse de Jacques Clément. ]

2.« Parole de diable : les « cavillations » de l’Inquisition d’Espagne dans l’Histoire de l’Inquisition d’Espagne de Regilnaldus Gonsalvius Montanus », dans Anne Duprat (dir.), Violences de l’interprétation. Le texte devant l’Inquisition, actes du colloque international « Violences de l’interprétation » organisé par Anne Duprat et Françoise Lavocat (novembre 2011), Amsterdam, Brill/Rodopi, 2017, p. 59-73

[Dans ce texte, les protestants présentent l’Inquisition comme une fille de Satan, dont le but ultime est de voiler la vérité divine et d’installer le mensonge en forçant les consciences à s’en faire complice. Le récit de Montanus, repris par Jean Crespin puis par Simon Goulart dans l’Histoire de martyrs n’est pas seulement un réquisitoire : il se présente également comme un mode d’emploi pratique destiné aux protestants, un contre-manuel de l’Inquisition, qui dévoile la façon dont elle agit sur les passions des prisonniers pour parvenir à ses fins.]

3.« La Catastrophe des guerres de Religion au prisme de l’histoire politique : une étude des Registres-Journaux de Pierre de l’Estoile, et de l’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou », La Catastrophe à l’âge classique, actesdu colloque international de Laval, septembre 2007, Paris, Hermann, 2015.

[La manière dont Jacques-Auguste de Thou et Pierre de L’Estoile abordent la question de la catastrophe traduit leur engagement politique. Tous leurs discours visent à montrer qu’il ne faut plus analyser les événements en essayant de déceler les signes divins, mais qu’il faut au contraire être conscient à la fois des limites de sa connaissance et de l’implication de chacun dans les troubles humains qu’une catastrophe peut entraîner. Jacques-Auguste de Thou et Pierre de L’Estoile tirent pleinement profit de la possibilité d’une écriture dépassionnée offerte par les genres de l’histoire universelle et du journal.]

4. « Le mémorialiste, le poète et l’historien dans laVita de Jacques-Auguste de Thou », dans Dialogues intérieurs : les écrits des mémorialistes dans leurs mémoires,actes du colloque international organisé par le CÉRÉdI (EA 3229, Université de Rouen) & le CEREC (EA 4593 CLARE, Université de Bordeaux 3) en mai 2013, Paris, Garnier, 2015, p. 39-50

[Dans cet article, », j’ai analysé comment l’expression d’une intériorité et d’une individualité émotive se faisait par le biais de la multiplication des genres au sein d’une même œuvre, de la Vita. Cependant, comme Agrippa d’Aubigné après lui, Jacques-Auguste de Thou a écrit cette histoire personnelle après avoir rédigé une Histoire universelle, et dans le but de la mettre en valeur.]

5. « Mélancolie et apostasie des guerres de Religion à la Révocation de l’édit de Nantes », Études Épistémè, revue de littérature et de civilisation (xvie-xviiie siècles),actes du colloque Melancholia / ae : The religious experience of the ‘disease of the soul’ and its definitions in the early modern period: censorship, dissent and self-representation (EMoDIR, Venise, 28-29 novembre 2013), sous la direction de Sophie Houdard, Adelisa Malena, Lisa Roscioni et Xenia von Tippelskirchpubliés en 2015 à l’adresse suivante : https://episteme.revues.org/748

[Les déclarations de conversion, opuscules prosélytes produits par les nouveaux convertis pour expliquer les raisons du changement de religion, fleurissent sous le régime de l’édit de Nantes. Dans la première communication, je me suis demandé quelle était la valeur accordée aux émotions dans ces textes de facture très stéréotypée et quelle était la place laissée à l’expression d’une démarche personnelle. Dans la deuxième communication, je me suis davantage attachée aux enjeux polémiques de l’expression de la violence des passions dans ces déclarations de conversion. Les anciens coreligionnaires accusent les apostats de mélancolie, façon de nier toute démarche spirituelle. La mélancolie religieuse, analysée par Burton au début du XVIIe siècle, est hautement suspecte.]

6. « “Nous nous contenterons de dire” : écriture factuelle et tentation littéraire dans les Oeconomies royales », intervention au cours du colloque international Sully organisé par Gilbert Schrenck et Cécile Huchard, Albineana 26, 2014, p. 265-279

[Cet article portait sur la tension constante entre la tentative explicite de se cantonner à l’écriture factuelle et la mise en fiction littérarisée dans l’œuvre du ministre.]

 7. « Là où est debout le vice, / Là est le logis de la peur : fonctions de l’allégorisation de l’émotion dans les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné », issu d’une communication au colloque « La représentation des émotions dans les arts et la littérature », paru dans la version numérique de L’Émotion, puissance de la littérature, Modernités, n°34, 2012, sous la direction d’Emmanuel Bouju et Alexandre Gefen, http://www.fabula.org/colloques/document2316.php., 2014

[Dans cet article, j’ai tenté de replacer la peur au cœur du système émotionnel des Tragiques,en partant de l’allégorie de la peur dans « La Chambre dorée » et de la figure de Caïn dans « Vengeances ». Moindre être par excellence, la peur se matérialise dans la pâleur picturale des damnés et prend un sens fortement moral et eschatologique. ]

8. « “C’est un peuple”: représentations du peuple parisien dans les Registres-Journaux de Pierre de L’Estoile », actes du colloque international de Laval Les Histoires de Paris (septembre 2010), Paris, Hermann, 2012, p. 343-356

[Dans cet article, j’ai montré non pas la peur ressentie par le peuple, mais celle qu’elle inspire, en analysant la manière dont Pierre de L’Estoile manifeste l’ambiguïté de son rapport au peuple parisien, dans des élans alternés de mépris et d’admiration.]

9. « Un combat hors du temps : le présent distordu d’Agrippa d’Aubigné », actes des journées jeunes chercheurs « L’Évangile du jour » : actualité et inédit sous l’Ancien Régime, organisées par Karine Abiven et Laure Depretto à l’université de Paris Sorbonne et à l’université de Paris 8 (juin 2010), Littératures classiques n°78, 2012, p. 197-210

[Dans cet article, je me suis demandé comment Agrippa d’Aubigné mêlait les différentes écritures au service de sa vaste entreprise de convocation du passé faisant de l’inactuel et du privé des pièces d’un procès contre les temps présents.]

10. « “Ton sang retournera où tu as pris le laict” : La figure de la mère cannibale de Flavius Josèphe à Agrippa d’Aubigné », dans Mythes sacrificiels et ragoûts d’enfants, études réunies et présentées par Sandrine Dubel et Alain Montandon, actes du colloque international de Clermont-Ferrand (octobre 2008), Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise Pascal, 2012, p. 423-437

[Dans cet article, j’ai exploré les enjeux de la représentation de la mère cannibale aux xvie et xviie siècles, à travers les histoires de Jean de Léry, de Simon Goulart et à travers le prophétisme macabre des Tragiques. La mise à distance de l’horreur s’effectue par les deux biais de la littérarisation de la figure objet de terreur et de fascination (notamment du parallèle constant qui est tracé avec la mère cannibale de La Guerre des juifs) et du traitement eschatologique des scènes anthropophages.]

11. “La Confession catholique du sieur de Sancy: the Swan Song of the Zealous Protestants”, The Turn of the Soul. Representations of Religious Conversions in Early Modern Art and Literature, actes de la conference de la Renaissance Society of America (Venise, 2010), publiés par Lieke Stelling, Harald Hendrix et Todd M. Richardson, dansIntersections, vol. 23, 2012, p. 21-38

[Dans cet article, j’étudie la façon dont, par cette attaque virulente contre le converti Nicolas Harlay de Sancy, l’assurance outrancière avec laquelle Agrippa d’Aubigné le tourne en ridicule montre qu’il refuse d’accepter que les protestants ont bien perdu la guerre,.]

12. « Des “escrits de tempeste” au “bouquet de printemps” : Les compilations polygraphiques de Simon Goulart », dans La Polygraphie à l’époque moderne, actes de la journée d’étude du 13 juin 2009, édités par Mathilde Bernard, Stéphanie Burette, Carole Chapin, Nicolas Cremona, Suzanne Dumouchel, Matthieu Dupas, Clément Duyck, Catherine Gobert, Dorothée Lintner et Élise Rajchenbach-Teller,dans Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. xxxviii, n°74, Tübingen, 2011, p. 121-131

[Dans cet article, j’ai analysé d’une part les Mémoires de l’Estat de France et les Mémoires de la Ligue de Simon Goulart, d’autre part ses Histoires prodigieuses et son Thrésor d’histoires admirables, afin de voir comment, à travers des tonalités explicitement opposées, le compilateur laisse bien une marque d’auteur dans le projet commun de louange à Dieu qui lie étroitement ces textes.]

13. « Les récits de massacre: quelle théâtralité pour quelle propagande ? », Le Théâtre, la violence et les arts (XVIe-XVIIe siècle), actes du colloque international organisé par Christian Biet et Marie-Madeleine Fragonard dans le cadre du projet « Guerres, conflits, violence » (Paris, octobre 2009), Littératures classiques, n° 73,2010, p. 255-264 https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2010-3.htm

[Dans cet article, je me suis demandé comment la théâtralisation inachevée du massacre dans le récit de la Saint-Barthélemy des Memoires de l’Estat de France de Simon Goulart, permettait tout à la fois d’en dénoncer la violence et de bloquer la catharsis, afin de transformer la peur en haine et de mener à la révolte. ]

14. « Le Colloquium heptaplomeres ou l’exil de la tolérance », dans Les « Mondes à part » : représentations symboliques et critiques de la mise à l’écart à l’âge classique, actes de la journée d’étude de l’ENS-LSH (Lyon, janvier 2009),  dans Papers on the French Seventeenth Century Literature, vol. XXXVII, n° 73, Tübingen, 2010, p. 395-406

http://periodicals.narr.de/index.php/papers_on_french/article/view/1423

[Dans cet article, j’ai étudié la façon dont les savants du Colloquium heptaplomeres, de religions différentes, tiraient profit de leur exil à Venise pour en faire un laboratoire de la tolérance, dans l’attente de temps meilleurs où elle pourrait s’exhiber au grand jour.]

15. Introduction avec Mathilde Levesque de La Censure en France sous l’Ancien Régime, actesde la journée d’étude organisée par Mathilde Bernard et Mathilde Levesque à Paris, janvier 2008, dansPapers on the French Seventeenth Century Literature, n°71, Tübingen, 2009, p. 325-329

16. « L’Histoire sous le manteau : les stratégies éditoriales des historiens protestants pendant les guerres de Religion », La Censure en France sous l’Ancien Régime, actesde la journée d’étude organisée par Mathilde Bernard et Mathilde Levesque à Paris, janvier 2008,Papers on the French Seventeenth Century Literature, n°71, Tübingen, 2009, p. 409-425

[Dans cet article, j’ai analysé les différentes stratégies éditoriales adoptées par les auteurs réformés au cours des guerres de Religion, en accord avec leurs éditeurs. Certains choisissaient d’emblée la clandestinité en publiant à l’étranger et en faisant passer les ouvrages en France sous le manteau. D’autres, à leurs risques et périls, préféraient publier en France. Face aux dangers de l’expression d’une identité ou d’une pensée hérétique, dissidente ou simplement déviante, il est impossible de publier ouvertement ou de pratiquer sa foi au grand jour.]

17. « Justice des hommes, justice de Dieu : le retournement de la violence dans l’Histoire des martyrs de Jean Crespin et Simon Goulart », La Violence dans la littérature et les films de langue française, actes du colloque international de l’université de Columbia, mars 2007, French Literature Series, Amsterdam/New York, 2008, volume XXXV, p. 1-14

[Dans cet article, j’ai considéré la façon dont les réformés masquaient la violence réelle des bourreaux, dans une écriture fondée en apparence sur le logos, pour mettre en avant la puissance des manifestations divines au cours des supplices. Cette dernière se présentait ainsi rationnellement comme la marque eschatologique de la victoire protestante.]

À paraître

18. « Le langage des émotions dans les déclarations de conversion sous le régime de l’édit de Nantes », dans La Langue des émotions (XVIe-XVIIIe siècle), actes de la journée d’étude d’octobre 2013, organisée par Véronique Ferrer (université de Bordeaux 3) et Catherine Ramond (université de Bordeaux 3) (dir.) à l’université de Paris 4 - Sorbonne, dans le cadre du projet ANR – PDA, Paris, Garnier, sous presse

[Les déclarations de conversion, opuscules prosélytes produits par les nouveaux convertis pour expliquer les raisons du changement de religion, fleurissent sous le régime de l’édit de Nantes. Dans la première communication, je me suis demandé quelle était la valeur accordée aux émotions dans ces textes de facture très stéréotypée et quelle était la place laissée à l’expression d’une démarche personnelle. Dans la deuxième communication, je me suis davantage attachée aux enjeux polémiques de l’expression de la violence des passions dans ces déclarations de conversion. Les anciens coreligionnaires accusent les apostats de mélancolie, façon de nier toute démarche spirituelle. La mélancolie religieuse, analysée par Burton au début du xviisiècle, est hautement suspecte.]

19. « La route des Flandres de Marguerite de Valois », actes du colloque international organisé à Nantes par Jean Garapon en mai 2011 sur le thème de « Les mémorialistes d’Ancien Régime à la découverte de l’étranger », à paraître aux éditions Cécile-Defaut, à Nantes

[Cet article porte sur le voyage en Flandres de Marguerite de Valois en 1577-1578, sous le prétexte de prendre les eaux à Spa, en vérité pour se faire l'ambassadrice de son frère François d'Alençon qui avait des ambitions sur la province. Dans la lignée des analyses d’Éliane Viennot, j’y ai étudié la perception de cet étrange mélange entre « rusticité flamande », faste espagnol et « industrie allemande », dans un récit où le plaisir de la narration prend le pas sur le compte-rendu de l’ambassade, pour mieux laisser s’exprimer les émotions de la femme derrière les devoirs de la princesse.

20. « La prosopopée dans le Chansonnier huguenot», dans Polémiques en chanson (IVe-XVIe siècles), actes du colloque organisé par Luce Albert et Mickael Ribreau à Paris 3 et la BNF, en 2015, à paraître en 2017

[Dans cet article, je me suis penchée sur un nouveau genre polémique, celui de la chanson, en réfléchissant à l’intérêt argumentatif et agonistique, dans ce type de textes, de la figure récurrente de la prosopopée]

21. « Alètheia et parrêsia dans le Réveille-Matin des François et dans l’historiographie protestante des guerres de Religion », dans Le Courage de la vérité dans les usages de l’histoire (XVIe-XVIIIe siècles), colloque organisé par Karine Abiven et Arnaud Welfringer à l’université Paris Sorbonne en 2015, à paraître en 2017

[J’ai réfléchi à la confrontation et à la concurrence, dans l’historiographie protestante de la post-Saint-Barthélemy des figures de la vérité fuitive et du témoignage martyrologique, à travers les œuvres de Nicolas Barnaud et de Simon Goulart]

22. « Mythologie, fable et emblème, ou l’ambiguïté du rapport à la fiction chez Guillaume Guéroult », actes du colloque organisé par Alice Vintenon et Françoise Poulet sur « La Réforme et la fable, XVIe-XVIIIe siècle » à Bordeaux, en décembre 2015.

[Dans cet article, il s’est agi d’étudier le rapport ambigu que l’éditeur protestant Guillaume Guéroult entretient avec la fable et l’emblème dont il appelle à se méfier, tout en les utilisant à des fins moralisatrices.]

23.« Discours sur la rébellion et reconstruction de l’image de l’auteur chez Pierre Matthieu », actes du colloque organisé par Nadine Kuperty-Tsur sur « La construction de la personne dans le fait historique », à l’université d’Aix-Marseille, en mai 2016.

[Dans cet article, je me suis demandé comme l’ancien ligueur devenu historiographe de Henri IV, l’auteur aux deux visages et aux deux vies infléchit son discours sur la rébellion pour tenter de masquer son inconstance et de restaurer son image. ]

6) Vulgarisation

Éditions scolaires et chapitres de vulgarisation

1.Édition scolaire de Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves et La Princesse de Montpensier, Paris, Hatier, 2012.

2. Édition scolaire de Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné et autres textes sur la peine de mort, Paris, Hatier, 2012.

3. Partie sur le xvie siècle de Connaissez-vous les grands écrivains ?, hors-série du Monde,septembre 2010.

4.Bibliographies, résumés et présentations d’œuvres dans 100 livres classiques, Paris, Gallimard, mars 2010.

À paraître

Victor Hugo, Pauca Meae, Librairie générale française, coll. « Le livre de poche », 2017.

Articles de vulgarisation

1. « L’homme de la Renaissance au contact de l’autre »,article paru dans le numéro du Magazine littéraire sur « Ce que la littérature nous apprend de l’autre », décembre 2012.

2. « Montaigne », encart paru dans le numéro du Magazine littéraire sur « Ce que la littérature nous apprend de l’autre », décembre 2012.

3. « Un sonnet de Pétrarque et ses réécritures », dans Textes et documents pour la classe n° 1039, Humanisme et Renaissance, septembre 2012, p. 32-33.

7) Comptes rendus

1. « La colère en perspective : quelques réflexions sur la colère de l’Antiquité à nos jours », compte-rendu des ouvrages d’Éric Gagnon, Éclats. Figures de la colère, Montréal, Liber, 2011 et de Gisèle Mathieu-Castellani, Éloge de la colère. L’humeur colérique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Hermann, 2012, paru sur Fabula dans le dossier critique « Autopsie des émotions » : http://www.fabula.org/acta/document8653.php

2. Maria Teresa Ricci (dir.),Figures et langages de la marginalité aux XVIeet XVIIe siècles, Paris, Champion, 2013, Cahier de recherches humanistes et médiévales, 2013, http://crm.revues.org/12998

3. Evelyne Berriot-Salvadore, Catherine Pascal, François Roudaut et Trung Tran (dir.), La Vertu de prudence entre Moyen Âge et âge classique, Cahier de recherches humanistes et médiévales, avril 2013, http://crm.revues.org/12984

4. Aldo Gennaï, L’Idéal du repos au XVIe siècle,Paris, Garnier, 2011, 543 p., Cahier de recherches humanistes et médiévales, 2012. http://crm.revues.org/12659

5. Audrey Duru, Essais de soi. Poésie spirituelle et rapport à soi entre Montaigne et Descartes, Renaissance et Réforme, 2013, https://jps.library.utoronto.ca/index.php/renref/article/view/20029

6. Hélène Baby et Josiane Rieu (dir.), La Douceur en littérature de l’Antiquité au XVIIe siècle, à paraître dans le Cahier de recherches humanistes et médiévales, 2012, http://crm.revues.org/12881

7. Antoinette Gimaret, Ordinaire et extraordinaire des Croix. Les représentations du corps souffrant (1580-1650), Paris, Champion (« Bibliothèque littéraire de la Renaissance »), 2011, 892 p.,pour le Cahier de recherches médiévales et humanistes, 2011. http://crm.revues.org/12358

8. « Penser les plaies » : compte-rendu de Corps sanglants, souffrants et macabres. xvie-xviie siècles, sous la direction de Kjerstin Aukrust et Charlotte Bouteille-Meister, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010, 376 p., paru dans la revue Dix-septièmee siècle en 2012 : « Comptes rendus », Dix-septième siècle 2/2012 (n° 255), p. 371-378. URL : www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2012-2-page-371.htm. DOI : 10.3917/dss.122.0371

9. La Chapelle, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie d’Agrippa d’Aubigné, édition critique de Gilles Banderier, XVIIe siècle, 2013/1, p. 160-161.

Dernière mise à jour : 1er juillet 2017

EHESS
cnrs

flux rss  Les Actualités

Rencontre avec Dorothea von Mücke, Columbia University

Compte-rendu - La table ronde avec l’historienne Dorothea von Mücke était organisée autour de son livre The Practices of Enlightenment. Aesthetics, Authorship, and the Public, paru chez Columbia U (...)

Lire la suite

Linguistique et écrit - 3

Journée(s) d'étude - Lundi 12 juin 2017 - 09:00Comme la précédente édition, cette journée d'étude organisée par Marion Carel (CRAL) et Dinah Ribard (GRIHL) réunira historiens, linguistes et littér (...)

Lire la suite

Michel de Certeau et la littérature

Colloque - Mercredi 19 avril 2017 - 09:00« Littérature », « littéraire », « roman », « fiction », « poétique », sont des mots qui apparaissent fréquemment dans l’oeuvre de Michel de Certeau, souve (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

GRIHL

Centre de recherches historiques
EHESS
96 Boulevard Raspail
75006 Paris
Tel : 01.53.63.52.46
E-mail : grihl@ehess.fr