Enseignement |

Séminaire de Jean-Pierre Cavaillé (2001-2013)

2010-2011 : "Repousser les limites de l'acceptable"

2e, 4e et 5e lundis du mois de 17 h à 19 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2010 au 23 mai 2011

Plusieurs années de réflexion, en séminaire, sur les cultures dissidentes dans l'Europe du début de l'époque moderne nous ont conduit à développer une critique de l'histoire intellectuelle, religieuse, littéraire et culturelle reposant sur les présupposés de l'histoire des mentalités, qui érige le discours dominant à une époque donnée en pensée et sensibilité communes. Un moment déterminé de la culture serait ainsi caractérisé positivement par les énoncés publics récurrents dans la documentation et négativement par tout ce qui ne saurait être dit ou pensé par les acteurs (par exemple l'athéisme, la démocratie, etc.). Pour échapper à ce schéma binaire d'une histoire du dicible et de l'indicible, du représentable et de l'irreprésentable, et en fait du pensable et de l'impensable, sans nous cantonner à reconduire une histoire des institutions et des procédures de censure, nous nous sommes intéressés à la question de l'acceptabilité sociale des énoncés considérés à partir d'une conception interactionnelle des discours et de l'action.

Nous voudrions cette année nous consacrer plus spécifiquement à cette question, d'un point de vue théorique résolument interdisciplinaire, à travers des études de cas choisis comme représentatifs des diverses modalités du clivage entre l'acceptable et l'inacceptable (les lieux, les situations, les temps, les personnes) et de différentes échelles d'analyse (les noms et les mots, les énoncés, les registres de langue, les langues elles-mêmes). Ainsi prendrons-nous en examen aussi bien des dénomination infâmantes ou polémiques, que des énoncés jugés inadmissibles ou intolérables dans l'absolu ou relativement aux temps et aux lieux (selon les partages du public et du privé, du sacré et du profane, de la solennité ou de la trivialité, etc.), des registres de langues jugés ou non acceptables selon les circonstances, des langues mêmes (latin et vernaculaires), selon les consensus ou les conflits autour de leurs statuts et de leurs fonctions.

Nous serons particulièrement attentifs à la dynamique des conflits et des rapports de force, l'étude des processus à travers lesquels l'inacceptable devient acceptable et l'acceptable inacceptable dans ce qu'il est convenu d'appeler la sphère publique, en matière de discours et de représentations, impliquant la religion, la politique et les mœurs. Ancrée dans nos travaux sur l'époque moderne, cette réflexion est inséparable de l'examen des processus de tolérance et de censure dans nos sociétés contemporaines.

EHESS
cnrs

flux rss  Les Actualités

Rencontre avec Dorothea von Mücke, Columbia University

Compte-rendu - La table ronde avec l’historienne Dorothea von Mücke était organisée autour de son livre The Practices of Enlightenment. Aesthetics, Authorship, and the Public, paru chez Columbia U (...)

Lire la suite

Linguistique et écrit - 3

Journée(s) d'étude - Lundi 12 juin 2017 - 09:00Comme la précédente édition, cette journée d'étude organisée par Marion Carel (CRAL) et Dinah Ribard (GRIHL) réunira historiens, linguistes et littér (...)

Lire la suite

Michel de Certeau et la littérature

Colloque - Mercredi 19 avril 2017 - 09:00« Littérature », « littéraire », « roman », « fiction », « poétique », sont des mots qui apparaissent fréquemment dans l’oeuvre de Michel de Certeau, souve (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

GRIHL

Centre de recherches historiques
EHESS
96 Boulevard Raspail
75006 Paris
Tel : 01.53.63.52.46
E-mail : grihl@ehess.fr